Accueil > Air. > Pour tenir ses engagements concernant le climat, l’Etat doit refuser (...)

Pour tenir ses engagements concernant le climat, l’Etat doit refuser la mise en service de la centrale électrique à gaz de Total à Landivisiau.

communiqué de S-eau-S

vendredi 2 juillet 2021, par Gérard Borvon

Le Conseil d’État vient de donner 9 mois au gouvernement pour « prendre toutes mesures utiles permettant d’infléchir la courbe des émissions de gaz à effet de serre »
Ceci en considérant le non respect des engagements de la France en faveur du climat . Cette injonction fait suite à la publication particulièrement alarmiste du dernier rapport du GIEC et au dernier avis du Haut Conseil pour le Climat qui note les « efforts insuffisants de la France ».

Comment ne pas s’indigner en constatant que, en Bretagne, loin de répondre à ses engagements de réduction, l’État n’a toujours pas renoncé à subventionner Total à raison de 40 millions d’euros par an pour la centrale électrique à gaz de 450Mw de Landivisiau qui, si elle devait fonctionner 5000 heures par an comme le prévoit son constructeur, émettrait un million de tonnes de CO2 chaque année dans l’atmosphère.

Ne pas oublier que la décision du Conseil d’État résulte de la plainte déposée par la commune de Grande-Synthe face au risque de submersion marine dont elle est menacée. C’est exactement le risque déjà avéré que courent, en Bretagne, les îles de Sein, Molène et des Glénans, ainsi que de nombreuses communes du littoral et en particulier les villes d’estuaire comme Morlaix, Quimperlé et Landerneau.

En Bretagne, la première mesure que devra prendre l’État pour respecter ses engagements sera de refuser la mise en service de la centrale de Landivisiau.

La responsabilité de l’État ne se résume pas à celles du gouvernement. Les élu.e.s des collectivités bretonnes et en particuliers celles et ceux récemment élu.e.s dans les assemblées départementales et l’assemblée régionale doivent à leur tour faire savoir au gouvernement qu’elles et ils refusent que la Bretagne devienne la dernière région en France où la production d’électricité connaîtrait, non pas une baisse, mais une augmentation de 300 % de ses émissions de gaz à effet de serre. Entre autres actions ils et elles peuvent, comme l’ont fait ceux de Grande-Synthe, déposer un recours auprès du Conseil d’État afin, qu’en Bretagne aussi, l’État tienne ses engagements.

PDF - 57.2 ko