Accueil > Air. > Rapport Organisation Météorologique Mondiale. Décembre 2019.

Rapport Organisation Météorologique Mondiale. Décembre 2019.

mercredi 4 décembre 2019, par Gérard Borvon

L’année 2019 marque la fin d’une décennie de chaleur exceptionnelle, de recul des glaces et d’élévation record du niveau de la mer à l’échelle du globe, en raison des gaz à effet de serre produits par les activités humaines. Il est presque certain que les températures moyennes pour la période de cinq ans (2015–2019) et la période de dix ans (2010–2019) seront les plus élevées jamais enregistrées. Selon l’Organisation météorologique mondiale (OMM), tout semble indiquer que 2019 sera au deuxième ou troisième rang des années les plus chaudes jamais enregistrées.

https://public.wmo.int/fr/medias/communiqu%C3%A9s-de-presse/2019-marque-la-fin-d%E2%80%99une-d%C3%A9cennie-de-chaleur-exceptionnelle-et-de


Voir aussi :

Le Conseil européen arrête la position de l’UE en vue de la conférence des Nations unies sur le climat à Santiago du Chili (COP25)

Le Conseil se déclare profondément inquiet de l’incidence croissante du changement climatique sur la détérioration de la biodiversité, des ressources hydriques et des écosystèmes au niveau mondial, et préoccupé par le fait que des rapports des Nations unies confirment que les contributions déterminées au niveau national soumises par les parties et l’évolution actuelle des émissions de gaz à effet de serre (GES) sont très loin d’atteindre le niveau requis pour parvenir aux objectifs à long terme de l’accord de Paris. Il est conscient des appels pressants lancés par la société civile et les citoyens, en particulier les jeunes, en faveur d’une action plus intense et d’une ambition plus forte.

Le Conseil réaffirme qu’il importe de renforcer l’action climatique menée à l’échelle mondiale. Il souligne que l’UE continue de dissocier avec succès sa croissance économique de ses émissions : entre 1990 et 2017, l’économie de l’UE a connu une croissance de 58 %, tandis que les émissions totales de GES ont reculé de 22 %. L’UE et ses États membres devraient dès lors dépasser l’objectif consistant à réduire, d’ici 2020, les émissions de GES dans l’UE de 20 % au moyen des mesures prévues dans le paquet de l’UE sur le climat et l’énergie à l’horizon 2020.

En 2014, l’UE s’est engagée à réduire, d’ici 2030, les émissions de GES de l’UE d’au moins 40 % par rapport aux niveaux de 1990, dans le cadre de sa contribution à l’accord de Paris. Elle est ainsi la première grande économie mondiale à prendre l’initiative dans la transition écologique et à montrer la voie à suivre pour mettre en œuvre l’accord de Paris, l’UE s’étant déjà dotée d’un cadre législatif ambitieux et contraignant pour respecter son engagement.

L’objectif de l’UE concernant la part d’énergies renouvelables à l’horizon 2030 a été porté à 32 % minimum, l’objectif d’efficacité énergétique a quant à lui été porté à 32,5 % minimum, et ils reposent sur un système de gouvernance fiable. Ces objectifs impliquent des réductions des émissions de gaz à effet de serre supérieures à celles qui étaient précédemment prévues.

L’UE examine actuellement la manière de parvenir à la neutralité climatique. Le Conseil souligne qu’il importe qu’un large débat sociétal, inclusif et approfondi, se tienne dans l’UE et ses États membres.

Dans ses conclusions, le Conseil déclare attendre avec intérêt que le Conseil européen finalise ses orientations concernant la vision climatiquement neutre de l’UE avant la fin de 2019, dans la perspective de l’adoption et de la présentation de la stratégie à long terme de l’UE à la CCNUCC au début de l’année 2020. Il invite également les autres parties à l’accord de Paris à présenter leurs stratégies à long terme, conformément aux objectifs à long terme de l’accord de Paris d’ici 2020.


voir encore :

Les climatologues avaient raison, et depuis longtemps : dans une étude publiée mercredi 4 décembre dans les Geophysical Research Letters, une équipe américaine montre que des modèles anciens, remontant pour certains jusqu’à 1970, avaient correctement prédit l’ampleur du réchauffement actuel.

http://www.journaldelenvironnement.net/article/le-rechauffement-fiablement-predit-depuis-50-ans,101591?xtor=EPR-9#email=gerard.borvon@wanadoo.fr