Accueil > Dossiers > Algues vertes en Bretagne. > Plainte contre FNE. Les Plaintes que Le Drian a oublié de déposer.

Plainte contre FNE. Les Plaintes que Le Drian a oublié de déposer.

lundi 28 février 2011, par Gérard Borvon

"Le conseil régional de Bretagne a décidé, au nom de la défense des intérêts des Bretons, d’assigner devant le tribunal de grande instance de Paris l’association FNE, notamment pour atteinte à son image", signé Jean-Yves Le Drian.

Pourtant les occasions ne lui avaient pas manqué dans les années précédentes, de porter plainte contre ceux qui ont porté " atteinte à l’image de la Bretagne" en exerçant, tout simplement, leur devoir d’informer.

- septembre 2009 : réquisitoire de scientifiques bretons.

- juillet 2010 : campagne d’affichage du ministère de l’environnement sur les plages

Il aurait pu également s’associer à la plainte déposée par les associations de protection de l’environnement pour mise en danger de la vie d’autrui.

Les avocats de FNE n’auront aucun mal à trouver des témoins de la défense en Bretagne.



Algues vertes : le réquisitoire des scientifiques accablant pour les carences de l’Etat.

Accablant. Le constat dressé par le Conseil scientifique de l’environnement de Bretagne est sans appel. Tant pour les causes de la pollution que, surtout, pour les carences de l’État.


Algues vertes : bonnes vacances en Bretagne.

Interdit :

- d’approcher des chantiers de ramassage à moins de 50 mètres.

- de pénétrer dans les zones signalées avec dépôt d’algue.

- de laisser divaguer les animaux.

Voilà ce qu’on peut voir affiché dans certaines communes littorales bretonnes sur des panneaux qui indiquent aussi qu’il est "recommandé d’éviter tout contact avec les amas d’algues et de surveiller attentivement les enfants"


Algues vertes. S-eau-S porte plainte contre X.

Après les plaintes déposées par les associations des Côtes d’Armor, S-eau-S s’associe à la plainte contre X, initiée par l’association AE2D, pour mise en danger de la vie d’autrui sur les plages du Finistère où prolifèrent les algues vertes.


Il pourrait s’en prendre aussi à un récent préfet :

Algues Vertes. Le préfet charge les agriculteurs (Rapport confidentiel)

C’est un rapport sans commune mesure avec les discours habituels de la préfecture. Un rapport (hormis sa conclusion) qu’on croirait signé des associations écologiques. Un rapport qui n’aurait jamais dû être rendu public. Un rapport qui résonne, aussi, comme un aveu d’impuissance. Autre actualité liée aux marées vertes : le maire d’Hillion (22) doit prendre aujourd’hui un arrêté de fermeture de la décharge qui récupère 20.000 tonnes d’algues chaque année.