Accueil > Dossiers > Pesticides > Pesticides durant la grossesse, bébé trinque.

Pesticides durant la grossesse, bébé trinque.

jeudi 10 décembre 2009

Aujourd’hui à Paris, des chercheurs rennais présentent les premières conclusions d’une vaste enquêtesur l’exposition des femmes enceintes aux herbicides et insecticides. Pas rassurant.

lu dans Ouest-France


Cécile Chevrier et Sylvaine Cordier.De l’Inserm à Rennes, unité U 625 (recherche épidémiologique environnement et reproduction)

Entretien

Votre étude, appelée Pélagie, vise quels objectifs ?

Il s’agit d’évaluer le niveau d’exposition aux pesticides des femmes enceintes et de mesurer l’impact sur la grossesse et le développement de l’enfant. Entre 2002 et 2006, nous avons suivi 3 400 femmes résidant en Ille-et-Vilaine, Côtes-d’Armor et Finistère. Les pesticides servent essentiellement dans l’agriculture, mais sont aussi présents dans des produits pour l’entretien des routes, voies ferrées, dans des sites industriels et dans des usages domestiques. Une fois dans l’environnement, leurs molécules se déplacent et se dégradent en quelques heures, quelques semaines ou plusieurs mois. On en retrouve des traces dans les sols, l’air, l’eau.

Quels sont les résultats des analyses ?

Nous avons recherché, dans les urines de six cents femmes, deux pesticides potentiellement toxiques pour la reproduction et le développement neuropsychologique. Chez 95 %, on retrouve des traces d’insecticide organophosphorés ; chez 30 à 40 %, des traces d’herbicides de la famille des triazines, utilisés dans la culture du maïs, interdits depuis 2003, mais toujours présents dans l’environnement et l’eau.

Quel est l’impact sur la grossesse ?

Même à des niveaux faibles, la présence de triazines augmente les risques d’anomalie de croissance dans l’utérus, avec un faible poids de naissance, qui peut être un handicap pour le développement du bébé, et un périmètre crânien plus petit, ce qui n’est pas bon pour le système nerveux central. Et encore, en Bretagne, les niveaux d’exposition aux pesticides sont inférieurs à ceux relevés en Amérique du Nord et aux Pays-Bas.


D’où viennent ces pesticides ?

Avec Air Breizh, nous avons mesuré la quantité de pesticide largué dans l’air après usage agricole. Nous avons établi un lien entre le problème de croissance du foetus et la quantité de pesticide dans l’air. On pense souvent que l’exposition aux pesticides est professionnelle ou alimentaire. Or, vivre à proximité d’une zone agricole n’est pas anodin.

Quelles conséquences sur la santé des enfants ?

Nous venons de relancer les familles. Une partie des enfants passera des tests de psychomotricité.


Notre commentaire :

Cette étude épidémiologique est révélatrice et a toute raison d’être menée. Elle nous donne cependant l’impression que les populations soumises aux pesticides servent de cobayes. On teste les mères puis les enfants pour mesurer les dégâts. Et après ?

De nombreux biologistes, dont Robert Bellé à Roscoff, ont montré l’effet des pesticides sur les cellules. N’est-ce pas suffisant pour interdire leur usage ?

Quand on aura constaté que des enfants issus de mères contaminées présenteront des déficiences physiques ou intellectuelles, il sera déjà trop tard pour eux !


Voir aussi :

Des traces de pesticides dans les urines

Etude PELAGIE. Environnement-Grossesse-Enfance, en Bretagne

Santé. Un herbicide hautement cancérigène

La pollution de l’air réduit le poids des bébés


Voir l’émission de Elise Lucet :

Pesticides : un danger pour la santé caché dans l’eau du robinet



Atrazine : périmètre cranien des bébés réduit.

Une équipe de "Cash Investigation" a mené l’enquête sur les pesticides qui s’infiltrent dans les nappes phréatiques. On retrouve des traces de certains produits dans l’eau qui coule des robinets.