Accueil > A lire, à voir, à écouter > Arrêt sur image. Bretagne : "Les correspondants savent tout mais ne peuvent (...)

Arrêt sur image. Bretagne : "Les correspondants savent tout mais ne peuvent rien dire".

lundi 15 juin 2020, par Gérard Borvon

Rien ne va plus en Bretagne, en tous cas chez les journalistes bretons, qui dans une lettre ouverte sans précédent au président de la région Bretagne, dénoncent les intimidations, les auto-censures, les censures en provenance de la profession agricole en général et plus particulièrement sur le sujet de la pollution aux algues vertes. L’information bretonne doit-elle s’émanciper, va-t-elle s’émanciper ? Questions posées à nos deux invités : Philippe Gaillard, ancien rédacteur en chef de la rubrique agricole de Ouest-France ; et Morgan Large, journaliste à la radio locale bilingue RKB et conseillère municipale d’opposition à Glomel (Côtes d’Armor).

Cliquer

Le 25 mai dernier, des journalistes publient une lettre ouverte au président de la région Loïg Chesnais-Girard pour dénoncer des pratiques d’intimidations, d’auto-censure et de censure de journalistes qui travaillent sur le milieu de l’agroalimentaire en Bretagne. La lettre fait suite à une tribune publiée le 8 mai par un collectif citoyen en soutien à la journaliste Inès Léraud, poursuivie pour diffamation pour plusieurs de ses enquêtes, dont l’une sur l’omerta entourant la dangerosité des algues vertes (Léraud est co-autrice de la BD parue à l’été 2019 Algues vertes, l’histoire interdite)

voir :

https://www.arretsurimages.net/emissions/arret-sur-images/bretagne-les-correspondants-savent-tout-mais-ne-peuvent-rien-dire