Accueil > Air. > A la croisée des chemins.

A la croisée des chemins.

Les faux-culs et le climat.

vendredi 11 octobre 2019, par Gérard Borvon

Les délégués des États de l’ONU, réunis à Incheon en Corée du Sud à partir du lundi 1er octobre 2018, ont eu à se pencher sur le dernier rapport des scientifiques du Giec consacré à la montée des dérèglements climatiques et au retard pris pour les contrer.

A la COP21 à Paris, fin 2015, l’ONU avait chargé son groupe des experts du Giec de produire un rapport sur l’objectif 1,5°C arraché en dernière minute par les états les plus vulnérables. Le texte, soumis à l’approbation des délégués, a été élaboré à partir de 6.000 études scientifiques. "Il y a trois ans il n’y avait pas beaucoup de littérature scientifique sur un réchauffement à 1,5°C" devait expliquer Jim Skea, professeur à l’Imperial College de Londres et coprésident du Giec.

Le rapport de 400 pages constatait un impact important dès une augmentation de 1,5°C de réchauffement. Le risque d’inondations fluviales pourrait augmenter de 100 % (le double de la fréquence actuelle). 46 millions de personnes seraient menacées par l’élévation du niveau de la mer qui pourrait atteindre 48cm en 2100. Avec un demi-degré de plus, deux fois plus d’hommes, de femmes et d’enfants seraient privés d’eau, y compris en Europe. De nouvelles sécheresses toucheraient environ 60 millions de personnes supplémentaires dans le monde. L’élévation de la température alliée à l’humidité de l’air rendrait invivables de larges régions de la Planète.

L’augmentation de la température est déjà de 1°C et augmente de 0,2°C par décennie. Stabiliser à 1,5°C est donc une exigence. Pour autant, est-il encore faisable de rester à 1,5°C alors que 2017 a vu les émissions mondiales repartir à la hausse ? Cela signifierait que notre consommation d’énergie finale devra être réduite de 40% au niveau mondial. L’agriculture devrait réduire de moitié ses émissions de méthane (élevage et riziculture) et des deux tiers ses rejets de protoxyde d’azote (engrais azotés). Réaliste ? "On ne donne pas de réponse simple", prévient la climatologue Valérie Masson-Delmotte, qui a co-présidé cette session. Mais ajoute-t-elle, "on est maintenant à la croisée des chemins. Regarder 1,5 °C, c’est regarder ce qui va nous arriver, dans notre vie, pas à la génération suivante".

Stefan Aykut, sociologue de l’Université de Hambourg, remarque que, pour ne pas tuer l’espoir, les climatologues présentent leurs scénarios pour limiter les dégâts comme étant encore scientifiquement et techniquement faisables. Pourtant dit-il, "lorsqu’on regarde la vitesse avec laquelle les émissions doivent décroître pour maintenir le climat sous le seuil de 1,5°C, on voit que l’exercice est complètement déconnecté des réalités politiques et économiques du monde". Même constat chez le climatologue Hervé le Treut : "Si nous voulons encore stabiliser le réchauffement à 1,5 °C, nous devons immédiatement engager des efforts colossaux. Des efforts qui pourront ne pas plaire à tous les acteurs de nos sociétés".

Quand des scientifiques laissent parler leur cœur.

A l’évidence, ce dernier rapport a révélé aux scientifiques eux-mêmes l’étendue de la catastrophe prévisible. Pour ne pas décourager ou démobiliser ceux et celles qui leur font confiance, ils préfèrent taire les pensées et les émotions qu’ils ne peuvent refouler quand ils quittent leur laboratoire. Pourtant, plusieurs d’entre eux interrogés, par la chaîne "France Info", au moment où ils allaient publier leurs résultats, laissent parler le langage du cœur.

"C’est sans doute la période la plus difficile que j’ai vécue dans mon travail" constate Andrew Rosenberg, biologiste marin américain et directeur du Centre pour la science et la démocratie au sein de l’Union des scientifiques inquiets.

"On a l’impression d’être toujours annonciateurs de mauvaises nouvelles. En tant que citoyen, j’y crois plus trop en fait, je ne crois plus au fait qu’on va arriver à lutter contre le changement climatique et à éviter ce qu’on prédit", déplore Benjamin Sultan, directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD).

"C’est quelque chose qui prend une place importante dans ma vie quotidienne. C’est quelque chose qui nous tourne dans la tête tout le temps" confie Valérie Masson-Demotte.

Tous déplorent un manque d’action de la part des pouvoirs publics.

"Depuis une trentaine d’années, rapport après rapport, les scientifiques montrent le changement climatique. A l’échelle globale, rien ne se passe", regrette Gilles Ramstein, directeur de recherche au CEA. "On n’a pas arrêté de lancer l’alerte ! Face à ça, il y a un manque d’action, d’ambition. Il y a une très grande frustration de voir qu’alors que l’on sait que le climat se dégrade, les décideurs et les citoyens n’agissent pas suffisamment", abonde Jean-Pascal Van Ypersele, professeur de climatologie belge et ancien vice-président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

"En tant que climatologue, on parle souvent des conséquences pour la fin du XXIe siècle et ça paraît loin. Finalement il y a peu de personnes qui s’intéressent ou qui veulent prendre des responsabilités sur un temps aussi long", explique Françoise Vimeux climatologue à l’IRD.

Cassandre.

"Nous nous approchons du bord du gouffre..."

Dans un discours prononcé au siège des Nations Unies à New York, en septembre 2018, António Guterres, le Secrétaire général de l’Organisation, adressait aux peuples du monde un discours d’une profonde sensibilité. "Chaque jour où nous ne parvenons pas à agir est un jour où nous rapprochons un peu plus du destin qu’aucun d’entre nous ne souhaite. Un destin qui résonnera à travers les générations dans les dommages causés à l’humanité et à la vie sur terre".

Incendies monstres, vagues de chaleur, tornades, inondations... "Le monde change sous nos yeux", nous rappelle-t-il. Le message s’adresse en particulier aux "policymakers" tel que l’ONU désigne les responsables politiques et dirigeants d’entreprises, tous ceux qui s’attribuent le titre de "décideurs" : "ce qui rend cela encore plus inquiétant, c’est que nous avons été prévenus. Les scientifiques nous le disent depuis des décennies. Encore et encore... Beaucoup trop de dirigeants refusent d’écouter."

Valérie Masson-Demotte, qui a co-présidé la cession du Giec d’octobre 2018 en Corée, lui répond comme en un écho :"Il y a un peu parfois l’impression d’observer une tragédie grecque. Vous savez ce qu’il va se produire et vous voyez les choses se produire"

Une tragédie grecque...

Cassandre, fille de Priam, roi de Troie, dont la beauté égalait celle d’Aphrodite, refusa les avances d’Apollon qui lui avait fait le don de prophétie. Vengeance indigne d’un dieu solaire, il la condamna à ce que, jamais, personne ne la croie. Quand Troie fut assiégée, ses compatriotes refusèrent de l’entendre. Elle dut assister, impuissante, à la mort de ses proches et à la ruine de la ville.

"Pourquoi m’as-tu chargée de proclamer tes oracles avec une pensée clairvoyante dans une ville aveugle ? Pourquoi me fais-tu voir ce que je ne puis détourner de nous ? " lui fait dire Friedrich Schiller dans le poème qu’il lui dédie.

Et maudissant le dieu qui l’a condamnée :"Rends-moi mon aveuglement ; rends-moi le bonheur de l’ignorance" !

Les scientifiques du Giec, comme toutes celles et tous ceux qui s’engagent dans la lutte contre le dérèglement climatique, ne retrouveront plus jamais le "bonheur de l’ignorance". Il leur faudra résister au découragement, informer sans cesse, imaginer les bons gestes, saisir les dernières chances d’éviter le désastre.

Et lutter contre l’aveuglement volontaire de celles et ceux qui, spéculateurs, dirigeants d’entreprises, lobbies divers et dirigeants politiques, tirent profit de cet emballement.

Quel sera la forme de cet affrontement ? Quelle en sera la conclusion ? Cassandre n’est plus là qui nous le dira.