Accueil > Air. > Un Grenelle qui commence à bien faire.

Un Grenelle qui commence à bien faire.

Les faux-culs et le climat.

vendredi 11 octobre 2019, par Gérard Borvon

Celui qui a suggéré à Nicolas Sarkozy cette idée d’un Grenelle de l’Environnement, a certainement senti le bon coup à jouer. Le mythe semblait pouvoir encore marcher même si on commençait à en savoir un peu plus de la réalité de ce soi-disant moment de "concorde nationale". L’histoire de la rencontre clandestine entre Jacques Chirac et Henri Krasucky, numéro 2 de la CGT, a maintenant été rendue publique. "Dans une chambre de bonne et avec un revolver dans ma poche" prétendra même Jacques Chirac en 1977 dans un interview au journal Paris Match. Le grand vent de liberté de mai 1968, si inattendu dans cette France que certains croyaient endormie, avait soulevé un vent de panique dans les rangs du patronat et du gouvernement gaulliste mais tout autant au sommet du parti communiste et de son antenne syndicale, la CGT. L’ennemi, soudain, c’était ce "gauchiste" qui refusait le "boulot, métro, dodo" de la société productiviste et revendiquait une liberté qui secouait les vieux dogmes. Ces gauchistes qui avaient entraîné 10 millions de salariés dans la plus massive des grèves. Le "Grenelle" avait permis un retour à l’ordre inespéré. Est-ce que la même méthode ne pourrait pas calmer ces écologistes dont l’agitation commence à devenir inquiétante. Dans l’opinion publique, le Grenelle apparaît encore comme une victoire populaire, alors pourquoi ne pas récupérer ce mythe dans un "Grenelle de l’Environnement" qui ferait une excellente publicité pour un début de mandat.

L’idée ne sortait pas du néant. En novembre 2006, Nicolas Hulot avait présenté son "Pacte écologique" qui réclamait, entre autres, un poste de "vice-premier ministre chargé du développement durable". Présenté aux candidates et candidats aux présidentielles de 2007 il était signé par cinq d’entre eux dont les deux finalistes, Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal. Le 16 mai Nicolas Sarkozy succède à Jacques Chirac. Nicolas Hulot refuse le poste de ministre de l’environnement qui lui est proposé, ce sera donc Alain Juppé, rapidement démissionné pour cause de défaite aux législatives, puis Jean-Louis Borloo. En septembre 2007 débutait donc ce "Grenelle Environnement" qui affichait la prétention de vouloir nous faire entrer "dans le monde d’après".

On n’avait pas lésiné sur le spectacle. Deux prix Nobel de la Paix distingués pour leur engagement en faveur de l’environnement viendraient apporter leur caution. En tête d’affiche, Al Gore, vice-président des USA, après sa fameuse mise en scène dans le film " Une vérité qui dérange". A ses côtés Wangari Maathai biologiste à l’initiative du "Mouvement de la ceinture verte" en Afrique.

Nous ne nous étendrons pas sur les maigres résultats obtenus. Celles et ceux qui annonçaient une énième supercherie ne s’étaient pas trompés. Pour ne citer qu’un exemple : on reparle périodiquement de ce plan "Ecophyto" issu du Grenelle qui visait à diviser par deux l’usage des pesticides. Alors qu’un consensus semblait trouvé, le lobby agro-industriel avait réussi à y glisser un "si possible" qui ruinait complètement l’édifice. Dans le couple fournisseurs/utilisateurs de pesticides, chacun avait compris le message : cela n’allait pas être possible. D’ailleurs, dès 2012 la messe était dite avec la fameuse phrase de Nicolas Sarkozy au salon de l’agriculture : "l’environnement, ça commence à bien faire". Résultat : hausse de 5% des pesticides en moyenne chaque année depuis 2009 avec 9% en 2013 et encore 9,4% en 2014, année où un nouveau plan, aussi peu contraignant que le premier, reportait à 2025 la réduction de 50% des pesticides. En 2018, le ministère de la Transition écologique et celui de l’agriculture constataient que la consommation de pesticides avait encore augmenté après 2014. "Est-ce que nous avons commencé à réduire [leur] utilisation ? La réponse est non", avait alors lancé Nicolas Hulot au micro de France Inter en annonçant qu’il quittait le gouvernement.

Mais en ce 25 octobre 2007, place était donnée au spectacle. En clôture de l’événement, le discours de Nicolas Sarkozy mérite la relecture. Jamais autant d’outrances n’auront été prononcées en si peu de temps. Nicolas Sarkozy s’adresse d’abord à José Manuel Barroso, Président de la Commission Européenne, présent dans la salle. : "La France n’est pas en retard. Mais la France veut maintenant être en avance. Et c’est tout le changement, José Manuel, que nous voulons proposer aujourd’hui en France"

Puis vient la plus extravagante des déclarations :

"Notre ambition n’est pas d’être aussi médiocre que les autres sur les objectifs, ce n’est pas d’être dans la moyenne. Notre ambition c’est d’être en avance, d’être exemplaire."

Et afin que ces médiocres qui écoutent retiennent bien la leçon : "Je veux que le Grenelle soit l’acte fondateur d’une nouvelle politique, d’un New Deal écologique en France, en Europe, dans le Monde ".

Ensuite, s’adressant aux deux prix Nobel de la Paix : "Nous voulons une politique de vérité. Wangari MAATHAI et le Vice-Président Al GORE ont eu le courage de la proclamer : notre modèle de croissance est condamné. Pire encore, le maintien de la paix dans le monde est condamné si nous ne faisons rien."

Le plus alarmiste des climatologues du Giec n’oserait pas prononcer la moitié du discours apocalyptique qui va suivre cette introduction :

"Les changements climatiques, nos concitoyens ne doivent pas les réduire à la fonte des neiges sur les pistes de ski. Les changements climatiques, ce sont des centaines de millions de réfugiés climatiques.

Les changements climatiques, c’est une accélération des grandes catastrophes, des sécheresses, des inondations, des cyclones, d’une certaine façon, c’est le Darfour où des millions de pauvres gens sont poussés par la faim et la soif vers d’autres régions où ils entrent en conflit avec des populations qui étaient installées de façon séculaire. Les changements climatiques, ce sont des épidémies nouvelles. Ce sont des conflits exacerbés pour accéder à l’eau et à la nourriture.

Il faut donc avoir le courage de dire que la hausse des prix des hydrocarbures sera permanente. Il faut avoir le courage de dire qu’il n’y aura plus de pétrole avant la fin du siècle. Il faut avoir le courage de reconnaître que nous ne connaissons pas tous les effets à long terme des 100 000 substances chimiques commercialisées. Il faut avoir le courage de reconnaître que nous n’avons pas toujours été exemplaires."
Alors cette fois, ça y est ? On y va ? Fini le soutien à nos champions des énergies fossiles, à Total, à Engie (ex GDF-Suez). Finis les copinages avec les potentats du pétrole ?

Deux mois ne se sont pas écoulés que la France sidérée découvre que le Président de la République a invité le Libyen Mouammar Kadhafi en visite officielle. Oubliés les prix Nobel de la Paix, place au plus sanguinaire des dictateurs. Chacun se souvient qu’il est le responsable de l’attentat contre le vol UTA-722 qui a fait 170 victimes dont 54 français en 1989. Mais que refuser à celui qui règne sur un champ de pétrole parmi les plus riches de la Planète...

Kadhafi arrive en France en terrain conquis, exigeant de planter sa tente dans les jardins de l’hôtel Marigny, résidence des chefs d’Etat étrangers en visite en France. Stupeur, y compris parmi les proches de Nicolas Sarkozy : "Le colonel Kadhafi doit comprendre que notre pays n’est pas un paillasson, sur lequel un dirigeant, terroriste ou non, peut venir s’essuyer les pieds du sang de ses forfaits. La France ne doit pas recevoir ce baiser de la mort" déclare Rama Yade, secrétaire d’Etat chargée des Droits de l’homme au journal Le Parisien avant de se faire recadrer par l’Elysée.

Mais pourquoi cette visite ? Simplement pour le business ? L’argent du pétrole libyen devrait alimenter les industries de l’armement et du nucléaire en France. On annonce des commandes d’avions Rafale, d’hélicoptères Tigre, de navires de guerre et même des réacteurs nucléaires. L’Elysée se plaît à afficher des contrats représentant une dizaine de milliards d’euros. Contrats qui ne seront jamais honorés car moins de trois ans et demi plus tard l’ami de la France est devenu son ennemi numéro un. Les Rafales et les Tigres français iront anéantir le régime du "guide" libyen dans une guerre éclair qui aboutira à sa mort, en octobre 2011, suite à une attaque, par des avions français, du convoi de véhicules par lequel il tentait de s’échapper.

Cette histoire de visite du dictateur libyen en France aurait pu être oubliée si les médias français n’avaient pas révélé l’affaire du "financement occulte" de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy et des valises de billets ayant circulé entre Tripoli et Paris. Le tapis rouge déployé pour Kadhafi apparaissait alors comme la contrepartie d’une aide providentielle pour l’élection du président français. Des juges enquêtent depuis avril 2013 sur ces accusations étayées par les témoignages de l’intermédiaire Ziad Takieddine et d’ex-dignitaires libyens. Au terme de 25 heures de garde à vue, Nicolas Sarkozy est mis en examen et placé sous contrôle judiciaire le 21 mars 2018 pour "corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recel de fonds publics libyens". Affaire à suivre...

On apprenait aussi que le pétrole n’était pas étranger à la guerre "humanitaire" menée par la France et ses alliés en Libye. En septembre 2011, le journal libération faisait état d’une lettre écrite 17 jours après l’adoption de la résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU prenant parti pour les insurgés. Un membre important du CNT (Conseil National de Transition) y écrivait que : "s’agissant de l’accord sur le pétrole passé avec la France en échange de la reconnaissance de notre Conseil, lors du sommet de Londres, comme représentant légitime de la Libye, nous avons délégué le frère Mahmoud [Shammam, ministre en charge des médias au CNT] pour signer cet accord attribuant 35% du total du pétrole brut aux Français en échange du soutien total et permanent à notre Conseil.". Cette missive était adressée au cabinet de l’émir du Qatar, pays qui sert depuis le début du soulèvement d’intermédiaire entre la France et le CNT. Fables, diront les autorités françaises.

Fables ? En mai 2019, suite à une fâcherie avec le pouvoir français liée à la guérilla interne en Libye pour la main mise sur les réserves de pétrole, le Gouvernement d’Union Nationale (GNA), qui a succédé au CNT, menaçait de suspendre les activités de Total dans le pays. A cette occasion nous apprenions que Total, dont la production était minoritaire avant la guerre, représentait déjà près du tiers de l’activité pétrolière dans le pays et ambitionnait de doubler sa production d’ici 2023.

Total pouvait se réjouir de cette guerre, initiée par Nicolas Sarkozy, qui lui ouvrait de nouvelles sources à exploiter en toute urgence avant cette fin du pétrole annoncée pour la fin du siècle, par le président français, au Grenelle.