Accueil > Au fil de l’Elorn > Tarifs de l’eau de la CCPLD : toujours pénalisants pour les petits (...)

Tarifs de l’eau de la CCPLD : toujours pénalisants pour les petits consommateurs et en augmentation non justifiée.

mercredi 3 juillet 2019, par Gérard Borvon

Communiqué.

La CCPLD vient de modifier les tarifs de l’eau. La décision annonce en premier lieu un tarif dont l’objectif serait de "favoriser les petits consommateurs", soit 0,68€ pour les 20 premiers mètres cubes. Faut-il rappeler qu’une telle déclaration est une totale contre vérité et que ce tarif est en réalité dégressif tant qu’il existe un abonnement de 57,86€ que chacun doit payer avant même de faire couler la première goutte d’eau. La facture d’eau d’un consommateur de 20m3 sera en réalité de 71,46€ soit 3,57€/m3. Cinq fois le prix affiché ! Pendant ce temps le consommateur de 120m3 ne paiera que 1,93€/m3. Rappelons que la consommation moyenne d’une personne n’est que de 30m3 par an. Plus scandaleux : les tarifs diminuent après 120m3. L’eau qui sert à emplir une piscine coûte moins cher que celle qui sert a l’alimentation et l’hygiène. Pour le consommateur industriel le m3 au dessus de 50 000 m3 n’est plus que de 0,53€/m3. Pour un vrai tarif socialement acceptable pour tous les foyers il faut commencer par supprimer l’abonnement et faire payer le juste prix aux gros consommateurs administratifs, commerciaux et industriels.

Les nouveaux tarifs se traduisent aussi par une augmentation du prix de l’eau. On se souvient pourtant que la prise de compétence eau par la CCPLD avait été présentée comme un moyen de mutualiser les services et donc de faire baisser les factures. La même raison avait été avancée pour l’adhésion à Eau du Ponant. Le résultat était attendu, en abandonnant leurs responsabilités les communes ne maîtrisent plus la préservation de la qualité et la facturation de l’eau. Les intérêts de la rénovation des réseaux qui alimentent BMO ne sont pas ceux de la petite commune qui a protégé son propre captage et dont l’eau ne demande aucun traitement. Ce n’est pas aux plus vertueux de payer le prix d’une supposée "solidarité" avec ceux qui n’ont pas su protéger la ressource et maintenir en état l’outil de distribution.

Pendant une vingtaine d’année l’association S-eau-S a participé aux comités consultatifs des usagers, dans la commune de Landerneau et au SIDEP. Dans des conditions parfois difficiles nous estimons avoir su agir pour la préservation de la ressource et la qualité de l’eau au robinet. Nos interventions ont souvent empêché les augmentations que provoquaient la gestion privée et tendu à rendre la facture plus équitable. L’absence de concertation lors de la prise de compétence eau par la CCPLD puis lors du passage de la gestion à Eau de Ponant nous ont amené à refuser de participer à la commission consultative de la CCPLD. Nous resterons cependant attentifs à la préservation de la qualité de l’eau et à sa juste facturation et répondront à toutes celles et tous ceux qui voudront s’adresser à nous.

[Voir su le Télégramme