Accueil > Au fil de l’Elorn > Centrale à gaz de Landivisiau. > Centrale au gaz. Les doutes de L’association S-eau-S.

Centrale au gaz. Les doutes de L’association S-eau-S.

mercredi 19 juin 2019, par Gérard Borvon

Le Télégramme

Parcs éoliens en Bretagne. Centrale à gaz de Total à Landivisiau inutile.

Le ministre de la Transition Écologique vient d’annoncer le lancement du parc éolien en mer de 480Mw à Saint-Nazaire. Il sera suivi d’un parc de 250Mw en sud Bretagne et d’un autre de 493Mw au large de Saint-Brieuc, capable à lui seul de fournir la consommation de 835 000 foyers. Si on y ajoute la centrale de Montoir-de-Bretagne, l’interconnexion entre Lorient et Saint-Brieuc et la liaison avec l’Irlande, il devient de plus en plus évident que la sécurisation électrique de la Bretagne est largement assurée et que la centrale à gaz de 450Mw programmée à Landivisiau est totalement inutile.

Comment justifier la construction, par la multinationale Total, de cette centrale prévue pour émettre plus de 1 million de tonnes de CO2 chaque année, alors que la France tarde à mettre en œuvre ses engagements en matière de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre et que le gouvernement s’est engagé à ne plus construire de centrale thermique en France, y compris à gaz. Ce projet est d’autant plus inacceptable qu’il serait financé à raison de 40 millions d’euros par an pendant 20 ans par des fonds publics prélevés sur la "Contribution au Service Public de l’Électricité (CSPE)" destinée au financement du tarif social et au développement des énergies renouvelables. Ces 40 millions d’euros seraient plus utiles à la réalisation de l’isolation des habitats et au développement des énergies renouvelables.

Pour la crédibilité de son action contre le dérèglement climatique et la promotion des énergies renouvelables, le gouvernement doit mettre fin à ce projet inutile, coûteux et polluant, avant qu’il n’entre dans une phase active.