Accueil > Air. > Nicolas Hulot appelle à "l’union sacrée" sur le climat. Monsieur le (...)

Nicolas Hulot appelle à "l’union sacrée" sur le climat. Monsieur le ministre, tenez vos engagements. Renoncez à financer une centrale électrique à gaz, inutile et polluante, à Landivisiau !

lundi 30 juillet 2018, par Gérard Borvon

Nous ne pouvons plus entretenir des divisions, réelles ou factices, alors que cet enjeu appelle une réponse universelle. La confrontation politique est nécessaire, mais sur ce point, faisons la paix.

Nicolas Hulot, dans le "Journal du dimanche"

Nous avons collectivement une immense responsabilité." Nicolas Hulot a appelé, dimanche 29 juillet, les partis politiques à mettre de côté leurs divisions pour "une union sacrée" en matière de lutte contre le changement climatique.

"Nous venons de vivre une semaine d’extrêmes climatiques : incendies en Grèce et en Suède, record de température en France, inondation puis canicule au Japon. Les scientifiques nous préviennent : ’ce n’est qu’une bande-annonce’. Pendant ce temps, nous regardons ailleurs", déclare le ministre de la Transition écologique et solidaire dans une interview au Journal du dimanche.

"Nous avons tout pour réussir"

"Le feu est à nos portes, au sens propre comme au sens figuré", poursuit Nicolas Hulot, regrettant que "certains partis politiques rechignent encore à faire figurer le changement climatique et la biodiversité dans l’article premier de la Constitution, comme si c’était une préoccupation mineure". Et de regretter la teneur de textes récents : "Même constat avec les états généraux de l’alimentation et la loi sur les hydrocarbures."

Mais le ministre se montre confiant. "Nous entrons maintenant dans la période des solutions, car elles sont là : ce sont les énergies renouvelables, la voiture électrique, l’agro-écologie. Nous avons tout pour réussir, si nous n’hésitons plus", assure-t-il. Il présente alors les prochains chantiers : "À la rentrée, nous présenterons le plan d’adaptation au changement climatique, construit après un an de consultations avec les territoires, les entreprises."


Monsieur le ministre,il est temps de tenir vos engagements. Renoncez à financer une centrale électrique à gaz, inutile et polluante, à Landivisiau !