Accueil > France d’Outremer > NICOLAS HULOT ET LE CHLORDÉCONE : UNE HONTE D’ÉTAT.

NICOLAS HULOT ET LE CHLORDÉCONE : UNE HONTE D’ÉTAT.

lundi 9 juillet 2018, par Gérard Borvon

Interrogé lors de son récent déplacement aux Antilles par un journaliste pugnace sur le scandale d’état du Chlordécone, "l’icone écolo" nie, s’emporte et s’enferre. La séquence, accablante, confirme l’imposture en marche depuis plus d’un an.

PAR MARC LAIMÉ, 26 JUIN 2018

Interrogé lors de son récent déplacement aux Antilles par un journaliste pugnace sur le scandale d’état du Chlordécone, "l’icone écolo" nie, s’emporte et s’enferre. La séquence, accablante, confirme l’imposture en marche depuis plus d’un an.

La Cinquième a diffusé dans son émission quotidienne C’ à vous du 25 juin une longue séquence qui fera date.

Hugo Clément, ancien journaliste de Canal Plus puis de Quotidien, créateur du site Konbini, a réalisé un reportage effrayant sur le plus important scandale sanitaire et environnemental français, qui a frappé l’ensemble des populations de la Guadeloupe et de la Martinique depuis des décennies.

L’affaire du Chlordécone n’était pas au programme de la visite qu’a effectué le ministre aux Antilles du 20 au 22 mai dernier, dédiée à la marée putride des sargasses, ces algues aussi malodorantes que dangereuses pour la santé humaine, qui envahissent désormais les rivages antillais.

Interrogé par Hugo Clément, lors d’une conférence de presse tenue sur place, sur les responsabilités de l’état français dans le scandale du Chlordécone, Nicolas Hulot nie et s’emporte, avant d’être honteusement exfiltré par son attachée de presse qui met un terme aux échanges avec les journalistes.

La population toute entière des Antilles françaises est frappée, de manière gravissime, par ce qui constitue à l’évidence le plus important scandale sanitaire des cinquante dernières années.

Un ministre d’état ne devrait pas parler comme çà.

Voir la suite.