Accueil > Au fil de l’Elorn > Centrale à gaz de Landivisiau. > La programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) : encore un débat (...)

La programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) : encore un débat bidon ?

Monsieur le ministre, assez de paroles, tenez vos engagements.

vendredi 29 juin 2018, par Gérard Borvon

C’est l’aveu même du président de la commission de débat public. En contradiction avec le discours du ministre à l’ouverture du débat public : "L’administration de Nicolas Hulot n’a pas donné d’idée très claire sur son projet de politique énergétique. « Entre un projet tout fait et le dossier du maître d’ouvrage soumis au débat, il y avait de la marge », commente sobrement Jacques Archimbaud. Voir

Et pour être plus clair :

"Le gouvernement a prévu de dévoiler une première version du décret au mois de juillet, alors que la commission particulière du débat public ne rendra son rapport qu’en septembre. « Ce n’est pas faire preuve de mauvais esprit que de s’inquiéter d’un calendrier qui verra la publication de la première version de la PPE alors que les conclusions du débat n’auront pas été intégralement rendues », a souligné M. Archimbaud, qui a plaidé pour que « l’administration du ministère (...) entre davantage dans la culture, les contraintes et les opportunités du débat public »."

« Quel serait le sens de cette consultation si elle n’influençait pas la décision publique ?, s’est pour sa part interrogée la présidente de la CNDP Chantal Jouanno. Parce que j’observe une tendance à multiplier les consultations, avec un marketing politique à peine voilé. Mais plutôt que de surmobiliser la parole citoyenne, prenons le temps d’écouter et de respecter cette parole. Le décideur éclairé l’est toujours par les autres. Ce n’est pas de la parole citoyenne que nous devons avoir peur, mais de la défiance et du sentiment de n’être pas écouté. (Reporterre)

Autant dire que ce débat, comme les précédents, n’aura été que de la poudre aux yeux !

cliquer sur l’image pour voir la vidéo

Pour nous les choses sont claires.

"j’invite chacune et chacun d’entre vous quel que soit son niveau de compétence, à participer nombreuses et nombreux aux débats qui vont faire entrer notre pays dans une nouvelle ère celle de la transition écologique et solidaire." avait déclaré Nicolas Hulot dans son discours de lancement du débat.

OpenDocument Text - 23.1 ko

Nous y avons répondu. Nous avons participé à ce débat mais, lucides, nous savions que nous n’obtiendrions pas de réponses positives à nos contributions dans lesquelles nous ne demandions tout simplement au gouvernement que de respecter l’accord de Paris sur la lutte contre le réchauffement climatique et donc de renoncer à une centrale électrique à gaz à Landivisiau !

C’est pourquoi, plus que jamais, nous savons que nous devons rester vigilants et résolus dans notre lutte contre ce projet ubuesque.

Voir :

Nicolas Hulot : "Vous le savez maintenant. Cela a été suffisamment martelé. Face au changement climatique, on a une obligation, elle n’est pas négociable. On doit laisser derrière nous les énergies fossiles" (déclaration en ouverture du débat sur la PPE)

Non à une centrale électrique à gaz à Landivisiau. Lettre à Monsieur Jacques Archimbaud, président de la Commission de Débat Public pour la Programmation Pluriannuelle de l’Energie.