Accueil > Au fil de l’Elorn > Centrale à gaz de Landivisiau. > Non à la centrale électrique à gaz à Landivisiau. Lettre ouverte à Nicolas (...)

Non à la centrale électrique à gaz à Landivisiau. Lettre ouverte à Nicolas Hulot.

mercredi 9 août 2017, par Gérard Borvon

M. Hulot, 5 associations opposées à la construction d’une centrale à gaz à Landivisiau, vous interpellent.

Au moment où le gouvernement français affirme vouloir faire de la France un leader dans la lutte contre le réchauffement climatique, vous ne pouvez pas subventionner la construction d’une centrale électrique à gaz à Landivisiau ou ailleurs.

M. Nicolas HULOT

Ministre de la Transition Écologique et Solidaire

Hôtel de Roquelaure

246, Boulevard St Germain

75007 PARIS

Landivisiau, le 3 août 2017

Lettre ouverte concernant le projet de construction d’une centrale électrique à gaz (CCCG) à Landivisiau (29).

Monsieur le Ministre,

Vous vous êtes déplacé le vendredi 21 Juillet 2017 à Brest et vous y avez rencontré des représentants de la société civile ainsi que des chefs d’entreprises œuvrant dans le domaine des énergies renouvelables.

Vous auriez pu aussi rencontrer des acteurs économiques et associatifs représentant des citoyens, des consommateurs et des agriculteurs bio qui luttent depuis 7 ans contre un projet d’Etat destiné à construire une centrale de production électrique fonctionnant au gaz à Landivisiau. Ce projet devrait bénéficier d’une subvention de 50 millions € par an pendant 20 ans, renouvelable une fois. Nous sommes nous-mêmes engagés pour « protéger les écosystèmes, tout en accélérant l’inévitable transition énergétique » tel que vous l’avez déclaré. C’est pourquoi nous ne pouvons comprendre que, au moment où le gouvernement français entend faire de la France un leader dans la lutte contre le réchauffement climatique, il décide de subventionner une installation de forte puissance, polluante, utilisant des énergies fossiles et dont l’utilité n’est pas prouvée compte tenu de la montée en puissance continue de la production électrique en Bretagne.

Nous vous demandons donc de mettre fin à ce projet pharaonique d’un demi-milliard € qui rejetterait dans l’atmosphère 1.5 million de tonnes de CO2 par an. Vous vous êtes engagé « à lever les verrous pour changer de modèle ». C’est l’occasion ou jamais.

Il n’a échappé à personne que l’hiver 2017 a été rigoureux, qu’un tiers des centrales nucléaires françaises étaient à l’arrêt et que les centrales thermiques de Dirinon et de Brennilis, prévues pour répondre aux pics de consommation, ont tourné moins de 500 heures ! Et on voudrait nous faire croire que la centrale de Landivisiau n’aurait pour but que de pallier les pics de froid en Bretagne, alors qu’il est prévu qu’elle tournerait 3000 à 6500 heures par an. Nous ne sommes pas dupes et sommes mobilisés pour empêcher ce projet qui serait financé par les citoyens par le biais de la CSPE, enrichirait les actionnaires de Direct Energie et polluerait notre territoire.

Nos associations sont à votre disposition pour vous donner de plus amples informations si vous le souhaitez.

Veuillez agréer, Monsieur le ministre, l’expression de notre haute considération.

Les Signataires :

L’assocation Landivisiau Doit Dire Non A La Centrale

Force 5

S - EAU - S

CLCV du Finistère



Le Télégramme. Cliquer sur l’image.



Voir aussi sur FR3 Bretagne. 19/20 du 11.08

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.