Accueil > En Bretagne > A Notre-Dame-des-Landes, les ministres socialistes bretons veulent surtout (...)

A Notre-Dame-des-Landes, les ministres socialistes bretons veulent surtout tuer tout espoir d’une société plus humaine.

dimanche 9 octobre 2016, par Gérard Borvon

Il est ancien le temps où Louis le Pensec, "ministre breton à bâbord", obtenait de François Mitterrand l’arrêt du projet de centrale nucléaire à Plogoff et du camp militaire au Larzac et pouvait l’annoncer dès la sortie du premier conseil des ministres.(*)

Les militants engagés dans ces combats s’en souviennent et lui en sont reconnaissants.

La Bretagne, aujourd’hui, compte trois ministres au gouvernement et pas des moindres. Mais le ton a changé. Leurs nouvelles idoles s’appellent Bolloré, Dassault, Vinci, Beulin...

Il faut donc faire comprendre à toutes celles et tous ceux qui, comme ces rebelles qui ont gagné à Plogoff, au Carnet, au Larzac, se battent aujourd’hui contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, que le temps des utopies est révolu.

Dernière menace : celle de J.J Urvoas : « Nous utiliserons les moyens faits pour que le droit passe et le droit va passer  », a-t-il assuré dans une déclaration rapportée par Ouest-France. « Le directeur des affaires criminelles et des grâces, à ma demande, a publié une circulaire le 20 septembre pour rappeler les conditions pénales qui pouvaient être engagées », a-t-il indiqué, précisant qu’« il existe dans le code un délit d’opposition à l’exécution de travaux publics ».

Mais que nos ministres bretons soient assurés d’une chose : ils ne pourront tuer l’esprit de Plogoff et du Larzac. Il revit et vivra jusqu’à la victoire à Notre-Dame-des-Landes.


* Voir le témoignage de Amélie Kerloc’h.


..