Accueil > Au fil de l’Elorn > Saint-Urbain, dans le Finistère, ouvre ses portes aux réfugiés.

Saint-Urbain, dans le Finistère, ouvre ses portes aux réfugiés.

mardi 9 février 2016, par Gérard Borvon

C’est un coup de fil auquel Fanch Dantec ne s’attendait pas. Le téléphone a sonné quelques jours après la parution dans la presse régionale d’un article racontant comment les membres de sa petite association, Accueil Solidarité SaintUrbain, se préparaient à accueillir des réfugiés dans ce petit village du Finistère. Au bout du fil, un ancien employé de l’abattoir Gad de Lampaul-Guimiliau, à quelques kilomètres. Il fait partie des 889 employés licenciés en 2013. Très énervé, l’homme lui lance : « Vous voulez accueillir des étrangers alors que des gens d’ici n’ont pas de travail ? Ça ne va pas ? Vous n’êtes pas bien de faire ça ! »

Luimême a « galéré » avant de trouver un autre emploi. Fanch Dantec l’a écouté, patient. L’offensive était virulente, mais l’homme s’est calmé. « Cet homme avait plein de clichés dans la tête », raconte-t-il aujourd’hui. Comme l’idée que les réfugiés accueillis allaient toucher 1 000 euros d’aide par mois. « Il n’a sûrement pas changé d’avis. Mais au moins on a discuté plus sereinement par la suite. »