Accueil > Planète bleue > Les Irlandais refusent de payer l’eau domestique.

Les Irlandais refusent de payer l’eau domestique.

mercredi 16 septembre 2015, par Gérard Borvon

C’est un interminable bras de fer. Depuis un an, les Irlandais manifestent régulièrement contre la mise en place, début 2015, de la facturation de l’eau courante, contrepartie de l’acceptation du plan de sauvetage européen en 2010. Loin de s’essouffler, le mouvement est devenu un symbole dans le pays de la contestation anti-austérité, qui secoue actuellement toute l’Europe.

« We won’t pay »

En 1997, le Parti républicain irlandais avait déjà essayé de taxer l’eau courante avant d’abandonner l’idée, face à un boycott massif du paiement de ces charges dans les grandes villes du pays.

Aujourd’hui, la situation est quasiment identique. Les Irlandais refusent en bloc de payer. « We won’t pay » (nous ne paierons pas) est l’un des slogans les plus repris dans les manifs.


Appel à manifester samedi prochain à Cork (Solène Le Mée/Rue89)

Les différents collectifs qui mènent la lutte, qu’ils soient politisés ou non, continuent à encourager les Irlandais à refuser de s’équiper de compteurs et à ne pas payer leurs factures. Ils s’appuient sur une idée simple : l’accès à l’eau est un droit, un droit de l’homme même.


Un robinet sur la tête pour défiler, le 21 mars 2015 à Dublin (PAUL FAITH/AFP)

Une idée soutenue par une initiative citoyenne européenne, Right2Water, et partagée par de nombreux Irlandais, à en croire les chiffres.

Selon Irish Water, l’entreprise publique créée spécialement à l’instauration de la nouvelle loi, seuls 675 000 ménages sur 1,7 million auraient payé leur toute première facture d’eau pour le premier trimestre 2015, donc moins de la moitié, et 30% des ménages ne seraient même pas encore enregistrés auprès d’Irish Water. Les récalcitrants s’exposent à des amendes, dont le montant (autour de 40 euros) est toutefois trop bas pour être dissuasif.

Pendant ce temps, Irish Water invite gentiment les Irlandais à aller payer leur facture en ligne...

A Cork, deuxième ville du pays, de nombreux habitants affichent clairement leur hostilité à la mesure aux fenêtres de leur maison. Sur les tracts, on peut lire :

« No consent, no contract, no to water privatisation, no water meters here [Pas de consentement, pas de contrat, non à la privatisation, non aux compteurs d’eau ici, ndlr]. »

Premiers pas sur Facebook pour la cause

La contestation et la mobilisation passent aussi par Internet. Sur le site de Right2Water Irlande, une pétition nationale a recueilli plus de 61 000 signatures.

Comme c’est souvent le cas, les différentes pages Facebook locales du collectif (la nationale a recueilli 27 000 « likes ») sont alimentées chaque jour et servent à relayer les informations relatives à la mobilisation. Pour Noreen Murphy, l’une des administratrices de la page Right2Water Cork, la présence sur les réseaux sociaux est une nécessité.

« On se doit d’être présent sur Facebook et Twitter. Ça fonctionne vraiment et ce sont des outils très utiles pour se faire entendre. Ça permet de rassembler les gens, de diffuser les infos que l’on a. On utilise aussi beaucoup WhatsApp pour communiquer entre nous. »


Capture d’écran de la page Right2Water/Right2Change-Cork (Facebook)

A 50 ans, sans emploi, elle s’est mise à Facebook lorsqu’elle a rejoint le mouvement.

« Et je ne suis pas la seule. Je connais beaucoup de gens de plus de 60 ans qui s’y sont mis pour se tenir informés. »

« Un droit que je n’abandonnerai jamais »

Beaucoup d’Irlandais semblent aujourd’hui convaincus que le gouvernement va finir par céder et abolir la loi. A Cork, certains agents immobiliers conseillent même aux nouveaux locataires de ne pas souscrire de contrat auprès d’Irish Water, persuadés que la mesure vit ses dernières heures. Noreen Murphy est déterminée :

« Moi, je ne paierai jamais pour l’eau. C’est un droit que je n’abandonnerai jamais. Les Irlandais aussi ont compris qu’ils doivent protéger leur accès à l’eau courante, ce qui n’était pas forcément le cas avant cette loi.

Nous ne sommes pas comme les Français, nous ne manifestons pas souvent, mais dans ce cas, c’est instinctif. On ne peut pas imaginer qu’un jour, certaines personnes ne puissent plus tirer leur chasse d’eau parce qu’ils n’auront pas payé leur facture et qu’on leur aura coupé l’eau. Ça n’a pas de sens. »

Un collectif contre la mesure, People’s Convention, appelle encore une fois les habitants à se mobiliser, le 19 septembre, à Cork. Inlassablement, ils demanderont à nouveau ce qu’ils réclament depuis un an : l’abrogation pure et simple de la loi. Le 29 août, une manif nationale avait rassemblé 80 000 personnes, malgré un temps pluvieux.

Le collectif national Right2Water a prévu une série de meetings courant septembre dans tout le pays et espère se faire entendre à l’échelle européenne.

http://rue89.nouvelobs.com/2015/09/14/right2water-les-irlandais-refusent-payer-leau-courante-261171